Pour 2015, l’inventaire national (France entière) transmis par la France à la CCNUCC présentait un niveau d’émission de 464 mt CO2e, soit 7 tonnes de CO2e par habitant. Pour l’UE28, les émissions territoriales par habitant sont de 8,5 tonnes de CO2e. Cette différence s’explique en partie par la part élevée de consommation d’électricité d’origine nucléaire en France. Initialement, l’écart des émissions des inventaires nationaux entre la France et l’UE était encore plus élevé, mais un début de rattrapage s’est opéré de 1990 à 2015, avec une baisse observée du niveau d’émissions de 24 % dans l’UE contre 16 % en France. Les évolutions rapportées au nombre d’habitants sont similaires en France et dans l’UE (- 29 % dans l’UE28 entre 1990 et 2015 contre - 26 % en France). Comme la France, les pays européens sont globalement importateurs de GES. Les importations (en valeur monétaire et en émissions) de la France se font majoritairement depuis l’Europe. A l’échelle mondiale la Chine est le principal pays exportateur de GES. Des comparaisons mondiales sont disponibles grâce à l’OCDE, qui calcule également une empreinte carbone, en s’appuyant cependant sur un périmètre de GES plus restreint (CO2 énergétique uniquement) que celui de l’indicateur français (CO2, Ch4, N20). Dans le cadre de ce calcul de l’OCDE, pour l’année 2011, l’empreinte carbone de la France (7,9 tonnes de CO2 / habitant) est inférieure à la moyenne européenne (8,3 tonnes de CO2 / habitant). En 2011 l’empreinte carbone de l’Allemagne calculée par l’OCDE était de 10 tonnes de CO2 / habitant.