Mon identité

25 avril 2019

Au volant d'une F1

J'ai toujours été fasciné par le temps. Petit, déjà, mon personnage préféré dans Peter Pan n'était pas Peter, mais bien le Capitaine Crochet et son obsession des horloges. Je me suis donc très tôt intéressé à la vitesse. Je me souviendrai toujours que j'admirais le Concorde d'un air rêveur. Et cette fièvre me poursuit aujourd'hui. Cela m'a par exemple décidé à faire pas plus tard que le week-end dernier un baptême de Formule 1 à Magny Cours, un baptême où le pilote a offert des pointes de 300 km/h ! Cette sortie ahurissante m'a donné envie de penser à ce qui m'émouvait à ce point dans la vitesse. En fait, je suis convaincu que ce penchant est tributaire de la notion d'espace. La vitesse réduit les distances. Le Concorde offrait la possibilité de passer d'un continent à l'autre en trois heures et demi chrono ; c'était carrément un pont invisible menant d'un continent à l'autre. Cette vitesse relie les gens. Cette notion de vitesse est, me semble-t-il, une des clefs dans l'histoire humaine. Une fois que la voiture a été inventée, les citoyens ont vu leur vie changer : ils ont  subitement pu aller en toute liberté, explorer des coins qui leur étaient autrefois interdits, du seul fait qu'y aller aurait tout simplement pris trop de temps. Internet apporte des avantages similaires : il nous permet de à chacun deparler avec des gens à l'autre bout du globe. Les nouvelles technologies réduisent le monde qui nous entoure à presque rien. Et ça a un effet majeur sur notre façon de réfléchir. Plus le monde se réduit, et plus nous voyons grand. Pour peu que l'on regarde BFM TV plus d'une heure, on a l'impression que c'est de pire en pire. Mais c'est un mensonge : en réalité, la situation s'améliore ; simplement, les maux qui existent depuis toujours sont désormais sous le feu des projecteurs. C'était la méditation du jour ! :)En tout cas, si vous êtes comme moi adepte aux activités extrêmes, je vous invite à tenter ce stage en F1 : c'est assez magistralà faire ! Voilà le site par lequel je suis passé pour ce stage à Magny Cours. ;-) Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de l'activité de stage Formule 1.

f1-3 (2)

Posté par jaydenford00 à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2019

Israel accueille de plus en plus de multinationales

Ces géants pourraient aussi renforcer leur présence en Israël en investissant dans des fonds locaux ou en ouvrant leurs propres opérations de capital pour investir dans des start-ups locales. « Les multinationales implantent des centres de R&D en Israël à un rythme croissant, a déclaré Guy Hilton, le directeur général de Nation Start-Up Central (NSC), une organisation à but non lucratif qui vise à connecter les start-ups israéliennes à des entreprises, des gouvernements et de ONG à travers le monde ». « D’un côté, c’est super pour l’économie et pour le pays : plus il y a d’entreprises internationales qui travaillent ici, plus cela contribue à renforcer la crédibilité d’Israël en matière d’industrie de la haute technologie, avec une plus grande connectivité dans le monde. Les multinationales servent aussi comme une sorte d’académie non-officielle pour les Israéliens qui peuvent apprendre comment travailler avec des grandes entreprises. Nous ne devons pas minimiser l’importance de ce phénomène dans l’éco-système israélien au fil des années ». « D’un autre côté, il n’est plus possible d’ignorer le fait que les très hauts salaires offerts par les multinationales pour les services de R&D compliquent la tâche des start-ups qui ne peuvent pas s’aligner et embaucher les bonnes personnes », a déclaré Hilton dans un entretien avec The Times of Israël. Aharon Aharon, le chef de l’Autorité d’Innovation d’Israël, a également averti d’un risque de retour de manivelle pour les hauts salaires versés par les multinationales. De fait, l’autorité a pour mission de fixer les politiques d’Israël dans le secteur de la technologie. Diversifier, pas simplement multiplier Dans un entretien publié mercredi par le quotidien en hébreu Calcalist, Aharon a expliqué qu’Israël ne devrait pas encourager les multinationales à installer de nouveaux centres de R&D, mais devrait plutôt les inviter à diversifier leurs activités localement. Ses commentaires ont fait écho aux sentiments qu’il avait exprimés dans un entretien avec le Times of Israël l’année dernière. « Si vous me demandez si je devrais être content ou triste qu’un autre géant comme Microsoft, Cisco, Appel et Amazone vient ici, ma réponse sera triste, a déclaré Aharon à Calcalist. Si une autre entreprise de ce type s’installe, elle volera plus de personnes d’un endroit à l’autre, et cela pourrait bien se faire aux dépens des entreprises israéliennes. Cela n’apportera pas beaucoup de bénéfices à notre pays, mais cela entraînera une autre augmentation des salaires. Aujourd’hui, nous avons les salaires les plus élevés au monde dans le domaine de la haute technologie ». Aharon, un ancien directeur du centre R&D d’Apple en Israël, ne pense pas que le gouvernement devrait intervenir dans ce domaine, mais il a souligné que le gouvernement « n’a pas à soutenir » non plus l’installation de nouveaux centres R&D. « Ceux qui viendront viendront, mais ils ne recevront pas de financements du gouvernement », a-t-il préconisé. Dans un entretien accordé du Times of Israël l’année dernière, Aharon avait déclaré que les multinationales devraient être encouragées à élargir leurs intérêts de l’informatisation, de la communication et des programmes informatiques vers des domaines comprenant la biotechnologie, la médecine, et aussi à développer d’autres activités, comme la production, le design et les produits d’ingénierie. La Nation Start-Up Central essaie aussi de montrer aux entreprises internationales que s’il « y a encore de la place pour la croissance de l’activité des multinationales ici » — tout particulièrement dans les secteurs de la pharmacie, de la santé numérique, de la technologie de l’agro-alimentaire — elles devraient aussi réfléchir à d’autres formes de participation à l’éco-système local. « De manière générale, il y a beaucoup d’avantages à s’impliquer dans l’éco-systpme à travers de modèles alternatifs, pas seulement en achetant une entreprise pour la transformer en centre de R&D ». Ces nouveaux modèles d’opération ont « pris de l’ampleur au cours des 12-18 derniers mois », a déclarlé Hilton du NSC dans un entretien. « L’acquisition de start-ups locales ou l’embauche de meilleurs développeurs informatiques aura toujours lieu, et c’est normal, tant qu’il y a un équilibre entre les talents qui vont vers les start-ups et ceux qui vont vers les multinationales », a-t-il déclaré. Environ 23,4 nouveaux centres de R&D de multinationales se sont installés chaque année en Israël depuis 2014. Les données recueilles par le NSC montrent qu’il y a maintenant environ 303 multinationales qui opèrent en Israël. Elles dirigent 344 centres de R&D actuellement actifs, et certaines multinationales ont plus d’un centre de R&D. Selon le Bureau Central de Statistiques, entre 1989 et 2004, les multinationales ont ouvert des centres de R&D en Israël avec une moyenne de 3,6 par an. Pourtant, depuis 2004, le rythme a augmenté, et, selon les données recueilles par le NSC, au cours des 12 dernières années, Israël a vu 19,5 centres de R&D ouvrir par des multinationales chaque année. Depuis 2014 jusqu’aux six premiers mois de 2018, environ 117 entreprises multinationales en provenance de 21 pays ont ouvert un centre de R&D en Israël. C’est une moyenne de 23,4 centres de R&D par an, selon les données. Plus de la moitié des centres d’innovations de multinationales ouverts en Israël au cours de cinq dernières années proviennent d’entreprises basées aux Etats-Unis — 67 au total. Des entreprises canadiennes ont ouvert cinq centres et les compagnies britanniques et chinoises en ont installés sept pour chaque pays.

Posté par jaydenford00 à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

Ton parfum

Il y a quelques jours, au cours d'un atelier de parfum, j'ai créé mon propre parfum au cours d'un atelier de parfum . Cette étonnante activité étonnante et je dois dire que j'y suis allé en traînant des pieds. Mais au final, j'ai trouvé ça très agréable. Car une fois sur place, on a un peu l'impression d'être un savant fou et on prend un plaisir fou à concevoir le parfum idéal. On en vient même à regarde à l'idée de ne pas trouver la bonne combinaison avant la fin du cours ! Au début, on a un peu l'impression d'être dans un petit labo d'analyses médicales, mais qui aurait une pointe d'élégance supplémentaire. Chaque participant est assigné à une étagère de 3 niveaux où sont posés 120 flacons d'essences de toutes sortes On construit le parfum en se basant sur le principe de la pyramide olfactive. D’abord la note de fond, la plus puissante, et qui est la base du parfum : elle peut rester jusqu'à plusieurs jours après application. On travaille ensuite la note de cœur, véritable identité du parfum : elle dure moins longtemps mais arrive dans le sillage de la note de tête. Et pour finir la note de tête, celle que l’on perçoit immédiatement dans un parfum, et celle qui attire l'attention. Même si on choisit la direction dans laquelle on veut aller avec sa réalisation, mais on est épaulé dans le processus par un maître-parfumeur, qui nous indique si les fragrances que l’on choisit conduisent bien à ce qu'on cherche à faire. Ce qui est le plus difficile, c'est de ne pas être trop dans la réflexion. Il faut faire confiance à son instinct, en ses sens. Il faut apprendre à mettre son esprit en sourdine, sans quoi on est vite paumé et indécis. A la fin de cet atelier de parfum, on regagne ses pénates avec son parfum unique, une création conçue pour ne correspondre qu'à soi. Et ça, c'est très plaisant.Davantage d'information est disponible sur le site de cette session pour créer son parfum à Paris.

Posté par jaydenford00 à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Les nouveaux écrans tactiles

Les écrans tactiles résistifs : dossier complet de la rédaction (fonctionnement, applications, avantages, inconvénients). Longtemps considérés dignes d’une technologie futile et inapplicable selon les anti-progressistes, les écrans tactiles ont considérablement évolué depuis leur première apparition dans les années 1970 et sont devenus tout aussi habituels et instinctifs que l’utilisation d’une carte bleue ou une télévision. Les nouvelles techniques de contrôle tactile, les limites affichées de certaines et l’évolution des applications ont mené la vie dure aux écrans tactiles. La bataille a vu deux systèmes principaux survivre et tirer leur épingle du jeu : capacitif et résistif. Ce dossier vous présente plus particulièrement les écrans tactiles résistifs et leurs technologies. Fonctionnement de la technologie résistive Comment fonctionne un écran résistif ? La dalle tactile résistive est constituée de deux couches parcourues par un courant électrique. La première couche est un support en verre, au-dessus de laquelle se trouve une seconde épaisseur en plastique souple, qui est à la surface du téléphone. Ces membranes sont conductrices par l’ajout d’une couche d’oxyde métallique, elles sont maintenues séparées par des minuscules patins isolants. Lorsque l’utilisateur exerce une pression sur un point précis de l’écran, la surface en plastique souple entre en contact avec l’écran en verre. Les deux surfaces entrent en contact, ce qui entraine une variation dans les champs électriques des deux faces, qui sera retransmis en information et traité par l’algorithme de calcul intégré dans l’appareil. Quelle est l’utilisation faite des écrans résistifs ? Les écrans résistifs font partie de notre quotidien depuis plus d’une dizaine d’années. On en croise tous les jours dans la rue : distributeur de billets de banque , bornes interactives caisses automatiques dans les supermarchés. Les écrans tactiles résistifs connaissent également un grand succès dans le domaine de l’informatique, notamment les tablettes graphiques qui nécessitent une grande précision et l’utilisation d’un stylet. Une dalle résistive équipe également les fameuses consoles portables Nintendo DS. La téléphonie mobile n’est pas en reste, bien que depuis l’avènement de l’iPhone les écrans tactiles capacitifs soient à la mode. Bon nombre de fabricants de téléphones portables continuent de mettre en avant la technologie résistive, sans nécessairement communiquer à ce sujet.

Posté par jaydenford00 à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Le réexamen des programmes d'avions de chasse

L'Inde a fait savoir à la Russie qu'elle ne souhaitait pas aller de l'avant avec le développement conjoint d'un avion de chasse de cinquième génération (FGFA), principalement en raison du coût élevé du projet, selon des sources officielles. Ils ont toutefois déclaré que les négociations entre les deux pays sur le projet très ambitieux n'ont pas encore été abandonnées, l'Inde étant prête à revoir le développement conjoint du jet si une formule de partage des coûts appropriée était conclue entre les deux pays. à. L'Inde et la Russie avaient signé un accord intergouvernemental pour le méga projet en 2007, promettant de porter les liens militaires entre les deux partenaires stratégiques au niveau supérieur. Cependant, le projet est resté bloqué au cours des 11 dernières années car il y a eu de sérieuses divergences entre les deux parties sur le partage des coûts de développement du jet, des technologies à utiliser et du nombre d'appareils à produire. Les sources ont indiqué que le coût du projet a été estimé à environ 30 milliards USD ou Rs 2 lakh crore. "Notre position sur divers aspects du projet, y compris la composante coûts, a été transmise à la partie russe et les problèmes n'ont pas encore été résolus", a déclaré un haut responsable des négociations avec la Russie. En décembre 2010, l'Inde avait accepté de payer 295 millions USD pour la conception préliminaire de l'avion de chasse. Plus tard, les deux parties avaient exprimé leur intention de contribuer chaque USD 6 milliards pour la conception finale et la production de l'avion dans la première phase. Cependant, ils ne pouvaient pas parvenir à un accord final à ce sujet. "Nous n'avons pas fermé la porte au projet", ont indiqué les sources. On apprend que l'Inde insiste sur l'égalité des droits sur la technologie à utiliser dans l'avion, mais la Russie n'est pas prête à partager toutes les technologies critiques de l'avion avec New Delhi. Dans les négociations pour le projet, l'Inde avait insisté pour qu'elle doive obtenir tous les codes requis et l'accès à la technologie critique afin de pouvoir mettre à niveau l'avion conformément à ses exigences, ont indiqué des sources. En février 2016, les deux pays avaient relancé les négociations sur le projet après une autorisation du ministre de la Défense de l'époque, Manohar Parrikar. Des sources ont déclaré que les deux parties tentaient de résoudre les problèmes délicats mais a ajouté que l'Inde n'était pas optimiste quant à la fructification du projet en raison des coûts impliqués dans le projet. Il est intéressant de noter que le géant de l'aérospatiale géré par l'État, Hindustan Aeronautics Ltd (HAL), se prononce résolument en faveur du projet d'avions de combat de cinquième génération. Le HAL estime que le projet de plusieurs milliards de dollars offrira à l'Inde une opportunité significative d'encourager son secteur aérospatial, aucun pays n'ayant jamais offert de telles technologies critiques à l'Inde. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce vol en avion de chasse.

Posté par jaydenford00 à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 novembre 2018

Chercher la libération

Pas de sophisme, pas de jonglerie en chiffres, peut expliquer la preuve que les squelettes de nombreux vil- lages présents à l'oeil nu. Je n'ai aucun doute sur le fait que l'Angleterre et le citadin de l'Inde devra répondre, s'il y a un Dieu dessus, pour ce crime contre l'humanité, qui est peut-être sans égal dans l'histoire. La loi elle-même dans cette pays a été utilisé pour servir l'exploiteur étranger. Mon examen impartial de les affaires de droit matrimonial du Pendjab m’ont amené à penser qu’au moins 95% des les victions étaient complètement mauvaises. Mon expérience des affaires politiques en Inde m’amène au conclusion: neuf condamnés sur dix étaient totalement innocents. Leur crime consistait dans l'amour de leur pays. Dans quatre vingt dix neuf cas sur cent justice, la justice a été refusée aux Indiens contre les Européens devant les tribunaux de Inde. Ce n'est pas une image exagérée. C'est l'expérience de presque tous les Indiens qui a eu quelque chose à voir avec de tels cas. À mon avis, l'administration de la loi est donc prostituée, consciemment ou inconsciemment, au profit de ploiter. Le plus grand malheur est que les Anglais et leurs associés indiens dans le l'administration du pays ne savent pas qu'ils sont engagés dans le crime que j'ai tenté de décrire. Je suis convaincu que de nombreux Anglais et officiels indiens croient honnêtement qu'ils administrent l'un des meilleurs systèmes conçus dans le monde et que l’Inde progresse régulièrement, bien que lentement. Ils ne savent pas, un système de terrorisme subtil mais efficace et une démonstration de force organisée sur le d’une part, et la privation de tout pouvoir de représailles ou de légitime défense sur le l’autre a émasculé le peuple et y a induit l’habitude de la simulation. Cette terrible habitude a ajouté à l'ignorance et à l'auto-illusion de l'administration. trators. La section 124 A, en vertu de laquelle je suis heureusement inculpé, est peut-être le prince parmi les sections politiques du code pénal indien destinées à réprimer la liberté la propriété du citoyen. L'affection ne peut être fabriquée ou réglementée par la loi. Si on a pas d’affection pour une personne ou un système, on devrait être libre de donner la plus grande expression possible. à sa désaffection, tant qu’il n’envisage pas, ne favorise pas et n’incite pas à la violence. Mais la section en vertu de laquelle M. Banker et moi-même sommes accusés en est une. que la simple promotion de la désaffection est un crime. J'ai étudié certains cas essayé sous lui; Je sais que certains des patriotes les plus aimés des Indes ont été condamné en vertu de celui-ci. Je considère donc comme un privilège d’être accusé en vertu de tion. Je me suis efforcé de donner, dans leur plus bref exposé, les raisons de mon handicap. fection. Je n'ai aucune volonté personnelle contre un seul administrateur, encore moins désaffection envers la personne du roi. Mais je considère que c'est une vertu d'être mécontents envers un gouvernement qui, dans sa totalité, a fait plus de mal à la Inde que tout système précédent. L'Inde est moins virile sous la domination britannique qu'elle jamais été avant. Tenant une telle croyance, je considère comme un péché d'avoir de l'affection pour le système. Et ce fut un privilège précieux pour moi de pouvoir écrire ce que je avoir dans les divers articles présentés en preuve contre moi. En fait, je pense avoir rendu un service à l’Inde et à l’Angleterre en montrant en cas de non-coopération, sortir de l'état non naturel dans lequel les deux vivent. Dans A mon avis, la non-coopération avec le mal est un devoir autant que la coopération avec bien. Mais dans le passé, la non-coopération a été délibérément exprimée dans la violence au malfaiteur. Je m'efforce de montrer à mes compatriotes que les violents actes de non-discrimination l'opération ne fait que multiplier le mal, et que le mal ne peut être entretenu que par la violence, le retrait du soutien du mal exige une abstention totale de la violence. Non- violence implique la soumission volontaire à la peine pour non-coopération avec mal. Je suis donc ici pour inviter et me soumettre avec enthousiasme à la peine la plus sévère qui soit. peut être infligé à moi pour ce qui en droit est un crime délibéré, et ce qui semble moi d'être le plus haut devoir d'un citoyen. Le seul cours qui s’ouvre à vous, le juge et les assesseurs, est soit de démissionner de vos postes et de vous dissocier ainsi de mal, si vous sentez que la loi que vous êtes appelé à administrer est un mal et que réalité, je suis innocent, ou de me infliger la peine la plus sévère, si vous croyez que le système et la loi que vous aidez à administrer sont bons pour les gens de cette pays, et que mon activité est donc préjudiciable au bien commun.

Posté par jaydenford00 à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Avec un alcoolique

Aimez-vous un alcoolique? Comment pouvez-vous vivre avec un alcoolique et les aimer en même temps? Très soigneusement. C'est vrai, il est très difficile de vivre avec un alcoolique, mais les gens le font tout le temps. L'alcool contrôle l'esprit et l'esprit d'une personne, de sorte que, tant que l'alcoolien boit, vous n'aurez pas beaucoup d'amour en retour. Être marié à un alcoolique n'est pas un motif de divorce. C'est une raison pour aider votre être cher avec la maladie. La dépendance à l'alcool est appelée maladie insidieuse pour une raison quelconque. Il brise les maisons, tue les vies et les empêche de découvrir le Créateur. Peut-il devenir plus insidieux que cela? Une personne qui boit excessivement est appelée alcoolique mais ce n'est pas ce qu'elle est. Une personne qui conduit un camion s'appelle un camionneur, mais ce n'est pas ce qu'ils sont. Je crois que la dépendance à l'alcool est une phase ou une transition de la vie d'une personne, ce qui signifie qu'elle peut être temporaire. Mais de nombreux alcooliques ne se confondent que pour recommencer à boire, peu de temps après, pourquoi? C'est parce qu'ils pensent qu'ils contrôlent leur dépendance, mais ils ne sont pas. Si une personne veut vraiment devenir sobre et rester soignée, elle le fera. La personne derrière la destruction et la tromperie de l'alcool est une personne totalement différente lorsqu'elles ont été sobre pendant six mois. Un alcoolique sobre peut être un être humain très aimant et spirituel qui est capable de discerner le bien du mal et de vivre une vie heureuse et abondante. Tant que l'alcoolien reste en train de boire, son véritable caractère reste caché aux autres et sera sous le contrôle de la boisson dans tous les aspects de sa vie. Que pouvez-vous faire pour l'alcoolique dans votre vie? La première étape pour les aider est de vous aider. Devenez informé de la maladie. Une fois que vous vous rendez compte de l'impact de la façon dont vos actions peuvent affecter l'alcoolique dans votre vie, vous pouvez détacher correctement de leur comportement destructeur. Détacher peut être difficile à faire, mais si vous aimez l'alcoolique et que vous souhaitez vous soutenir, vous devez vous détendre avec amour. Est-ce que vous permettez à votre être aimé de boire? Les sauve-t-il de leurs problèmes et de leurs responsabilités? Posez-vous ces questions pour vous renseigner? Est-ce que je fais quelque chose qui permettrait à l'alcool de boire? Est-ce que je fais quelque chose qui faciliterait le comportement de l'alcoolique? Est-ce que je fais quelque chose qui sauverait l'alcoolique de ses problèmes? Est-ce que je suis entraîné dans la maladie avec l'alcoolique? La seule façon de vraiment soutenir est de ne pas sauver, de ne pas taper, et de ne pas se laisser entraîner dans la maladie avec eux. Voici quelques-unes des façons dont vous permettez l'alcool. Vous permettez lorsque vous prenez le slack pour l'alcool en effectuant ses tâches, tâches et responsabilités. Vous activez lorsque vous donnez l'argent alcoolique ou vous achetez des boissons alcoolisées. Vous activez lorsque vous buvez avec eux, ou lorsque vous faites quoi que ce soit pour aider l'alcoolien à continuer à vivre son mode de vie alcoolique et à ne pas se rendre compte qu'il a un problème d'alcool. Si vous faites tout pour lui, comment le saura-t-il? Voici quelques-unes des façons dont vous sauveriez l'alcoolique? Vous sauvez quand vous balayez les dégats d'alcool et de boissons sous le tapis. L'alcoolique BESOIN d'être responsable de son propre désordre. Vous sauvez quand vous les mentez. Vous sauvez quand vous les renfloulez en prison ou vous paient des frais de justice pour eux. Comprenez que le facilitateur / sauveteur, qui est vous, aide l'alcoolien à continuer à boire lorsque vous vous sentirez involontairement dans la déception de la maladie avec eux. Rappelez-vous, l'alcoolisme est une maladie insidieuse, et cela vous piégera dans sa prise si vous le permettez. Don ne permet pas que cela se produise, ou il n'y aura aucun espoir que l'alcoolien cessera de boire. Comment seriez-vous entraîné dans la maladie avec l'alcoolique? En essayant de contrôler l'alcool et comment et quand il boit. En menaçant l'alcoolique avec des mots en colère et des appels de nom, vous vous conduisez dans l'alcoolisme. Don & rsquo; t fuss, combattre, discuter, plaider ou essayer de contrôler l'alcoolique & ndash; il a gagné ça ne fonctionne pas! Lorsque le conjoint alcoolique vous dit qu'ils sont désolés pour quelque chose de mauvais qu'ils ont fait contre le mariage ou vous, ils sont vraiment vraiment désolés, mais cela ne signifie pas qu'il a gagné. Un alcoolique peut contrôler ses actions une fois qu'ils commencent à boire. La consommation d'alcool est ce qui les rend hors de contrôle et sous l'asservissement de la maladie. Il y a un grand espoir pour l'alcoolique dans votre vie, si vous prenez soin de vous d'abord, en ne permettant pas, ne sauve ou n'hésitez pas dans la maladie. Une fois que vous êtes conscient de ce que vous devriez et ne devriez pas faire, vous serez libre de fixer des limites pour vous-même dans la maison. Un alcoolique ne se conformera pas aux limites, il serait donc infructueux d'essayer. Vous établissez des limites pour votre propre bien-être spirituel, mental et émotionnel, et non les alcooliques. Voir la partie 2 sur la définition des limites pour vous. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce cours d'œnologie de Cognac.

Posté par jaydenford00 à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2018

L'empreinte carbone, en France et ailleurs

Pour 2015, l’inventaire national (France entière) transmis par la France à la CCNUCC présentait un niveau d’émission de 464 mt CO2e, soit 7 tonnes de CO2e par habitant. Pour l’UE28, les émissions territoriales par habitant sont de 8,5 tonnes de CO2e. Cette différence s’explique en partie par la part élevée de consommation d’électricité d’origine nucléaire en France. Initialement, l’écart des émissions des inventaires nationaux entre la France et l’UE était encore plus élevé, mais un début de rattrapage s’est opéré de 1990 à 2015, avec une baisse observée du niveau d’émissions de 24 % dans l’UE contre 16 % en France. Les évolutions rapportées au nombre d’habitants sont similaires en France et dans l’UE (- 29 % dans l’UE28 entre 1990 et 2015 contre - 26 % en France). Comme la France, les pays européens sont globalement importateurs de GES. Les importations (en valeur monétaire et en émissions) de la France se font majoritairement depuis l’Europe. A l’échelle mondiale la Chine est le principal pays exportateur de GES. Des comparaisons mondiales sont disponibles grâce à l’OCDE, qui calcule également une empreinte carbone, en s’appuyant cependant sur un périmètre de GES plus restreint (CO2 énergétique uniquement) que celui de l’indicateur français (CO2, Ch4, N20). Dans le cadre de ce calcul de l’OCDE, pour l’année 2011, l’empreinte carbone de la France (7,9 tonnes de CO2 / habitant) est inférieure à la moyenne européenne (8,3 tonnes de CO2 / habitant). En 2011 l’empreinte carbone de l’Allemagne calculée par l’OCDE était de 10 tonnes de CO2 / habitant.

Posté par jaydenford00 à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2018

La Turquie reçoit ses avions de chasse américains

La Turquie va prendre livraison de deux des 30 avions de combat F-35A Lightning II Joint Strike dans l'Etat américain du Texas jeudi alors que les avions de combat devraient arriver dans le pays en 2020, a annoncé jeudi le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. S'adressant à des journalistes dans la province d'Antalya, dans le sud du pays, M. Cavusoglu a indiqué que l'entraînement des avions à réaction Lockheed Martin se fera aux États-Unis jusqu'en 2020. "Il y aura des travaux de formation jusqu'en 2020. L'arrivée des jets en Turquie aura lieu en 2020", a déclaré le ministre des Affaires étrangères. La Turquie a commandé 30 des jets, et a l'intention d'en commander 70 de plus. La livraison finale pourrait cependant être retardée après que le Sénat américain ait approuvé lundi la loi annuelle d'autorisation de défense nationale qui inclut une modification interdisant la vente à la Turquie des avions de combat interarmées F-35A Lightning II. Le Sénat américain a cité comme raison l'achat par la Turquie du système de défense antiaérien S-400 de Russie et la détention de citoyens américains. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du blog sur cette expérience de baptême de l'air en avion de chasse qui est très bien élaboré sur ce sujet.

Posté par jaydenford00 à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

Mieux accueillir les collaborateurs handicapés

L’accueil des personnes en situation de handicap au sein des entreprises nécessite une appréhension du handicap par l’ensemble des salariés mais aussi une connaissance suffisante par les personnes handicapées en recherche d’emploi des opportunités existantes. Plusieurs outils sont recensés dans le but d’atteindre cet objectif : les événements (salons, forums…) de rencontre entre les personnes handicapées et les employeurs ; une promotion et une incitation interne et/ou externe aux entreprises en faveur du handicap ; une adaptation du rythme et des conditions de travail dont peuvent avoir besoin certaines personnes handicapées. LADAPT, l’association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées, organise chaque année le forum « Emploi et handicap ». Il se déroule lors de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, elle-même créée par l’association en 1997. Ce forum a pour objectif la rencontre de recruteurs avec des personnes en situation de handicap. Il a pour particularité de proposer tous types de contrats dans de nombreux secteurs d’activité. Job in Live organise sur l’ensemble du territoire métropolitain des journées de recrutement en faveur des personnes en situation de handicap : « les Mardis du Handicap ». Ces rencontres mettent directement en relation des personnes en situation de handicap en recherche d’emploi avec de grandes entreprises. Les postes proposés concernent des fonctions d’ingénierie, d’IT, de télécom, de commercial, de logistique et de support. En 2017, 34 journées de ce type ont été organisées. La fondation FACE organise tous les ans la « Job H’Academy », dans une approche d’accès direct à l’emploi des personnes handicapées. En partenariat avec Pôle emploi, Cap emploi, des entreprises sensibilisées et la Région, l’initiative concerne l’ensemble des personnes ayant une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. L’action se déroule sur six mois d’accompagnement maximum afin de permettre la concordance entre un profil recherché et une candidature. Entre 2006 et 2016, 83 % des personnes inscrites ont accédé à l’emploi. La sensibilisation des collaborateurs et des parties prenantes au handicap est un des leviers pour intégrer de façon inclusive les travailleurs handicapés. Dans cet objectif, la Banque populaire a fait expérimenter la cécité à ses clients professionnels commerçants. L’objectif était double : sensibiliser sur la place du handicap dans l’entreprise et faire prendre conscience que l’installation d’infrastructures accessibles, qui a un coût, est surtout un investissement. De la même manière, le groupe BPCE a mis en place la campagne « #Handigital », qui consiste en un challenge photo sur twitter impliquant l’ensemble des salariés pendant toute la durée de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.

Posté par jaydenford00 à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]